LE COLLECTIF FABULA

LE COLLECTIF FABULA est une compagnie interdisciplinaire portée par des artistes.

Il a été fondé en 2016 par Abdelmalek KADI et Bernadette HEINRICH.

Le projet artistique

Le Collectif Fabula inscrit son action dans une vision globale et critique de la société. Les thématiques choisies pour ses créations questionnent des enjeux actuels cruciaux comme la migration, le climat, la place de l’enfance et font l’objet d’une recherche documentaire approfondie. Les sources choisies émanent de domaines extrêmement variés : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, tradition orale… et se présentent sous une variété de formes différentes : documents épistolaires, livres, films, émissions radio… 

Sur le plan de l’écriture, nous n’hésitons pas à nous lancer dans la production de nouveaux matériaux en fonction des besoins de nos spectacles et à associer à  nos travaux l’expertise d’autrices et auteurs de la FWB, comme Laurence Vielle.

Ce processus de création nous ouvre d’emblée et ouvre notre futur public, à la diversité des approches, à la complexité inhérente à la construction d’un regard critique. Il contribue ainsi à une compréhension en profondeur des phénomènes humains, ce qui est un des objectifs majeurs de notre pratique artistique. Nous rejoignons ainsi les objectifs du droit à la culture.

Cette démarche nous conduit naturellement vers une recherche sur les formes, les esthétiques et des langages scéniques toujours en questionnement et en mouvement. Nous n’avons de cesse de chercher un dialogue avec les autres disciplines, ce qui constitue pour nous un moteur essentiel d’évolution et d’interrogations sur nos pratiques. Cette même réflexion guide aussi nos formations, nos stages et nos ateliers artistiques; à ce titre d’ailleurs, nous veillons à ce que ces ateliers soient menés par des artistes confirmés et animés également par cet impératif de renouvellement.

L’interdisciplinarité et l’interculturalité sont aussi les fondements de notre compagnie. Comme nous venons de le signaler, ces deux orientations se mettent en place dès l’amorce des créations, elles se concrétisent également par le choix des artistes qui feront partie de l’équipe du spectacle qui sera paritaire, intergénérationnelle, interdisciplinaire et porteuse de diversité culturelle.

Ces mêmes principes guident notre travail de médiation : recherche, rigueur, regard critique, dans la manière de concevoir les thèmes des ateliers et leurs méthodologies ; diversité des équipes artistiques ; avec ici, une volonté d’ouvrir ces ateliers à un public en situation de précarité économique ou sociale et une grande attention portée à la parole et aux savoirs des personnes avec lesquelles nous travaillons, ce qui implique un processus permanent de co-construction inscrit dans les objectifs des droits culturels.

Deux axes fondamentaux structurent le travail de la compagnie.

  1. LES CREATIONS

Cette collaboration donne lieu à des spectacles comme ‘Nuit Blanche’, récits et musique électronique,  créé au Festival Interculturel du Conte de Chiny, le ‘Jardin des Roses’, d’après Saadi, poète mystique persan du XIIIe siècle, créé pour le Festival Musiq3 ou encore ‘Chypre’, une adaptation d’Othello, de Shakespeare, créé au Théâtre de la Vie pour la version en français et au Monty à Anvers pour la version en néerlandais.

En 2018, le Collectif Fabula obtient un premier contrat programme; il  ancre d’emblée ses créations dans une perspective résolument interdisciplinaire. Son premier spectacle ‘Les Arbres Vivants’, autour de la question climatique, créé au Centre Culturel d’Ottignies et coproduit par la Compagnie du Campus, allie le Théâtre Action, le conte, la musique.

Le spectacle ‘Poètes sur la Route’, se veut une approche de la question migratoire entre musique, poésie et théâtre avec un orchestre de douze musiciens sur scène,  en coproduction avec l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (ORCW) et créé à M.A.R.S (Mons).

‘Les Oreilles du Silence’, créé à l’Espace Senghor a été construit autour d’un dialogue entre littérature, musique et conte.

Nous avons produit plusieurs balades contées comme  ‘L’envers du décor’ au cimetière de Montmartre, à Paris ou encore ‘Et si les murs avaient des oreilles?’ à la Ferme Rose, à Uccle.

2. LA MEDIATION

Dès le début, parallèlement aux créations, le Collectif Fabula a développé un important volet médiation. En lien avec nos spectacles, nous avons mis en place de nombreuses animations dans les écoles, par exemple autour des  ‘Arbres vivants’, des animations avec des jeunes en lien avec la thématique du climat ainsi que des débats relatifs aux droits culturels et aux droits du vivant. Nous avons développé des projets d’ateliers sur toute l’année dans de nombreux quartiers défavorisés avec des associations ou au sein d’institutions, par exemple chez ‘Clair Matin’, un centre d’hébergement, du théâtre avec les ados; au Centre Social du Béguinage un atelier ‘récits de vie’ avec des personnes primo-arrivantes.

Tout au long de l’année, nous avons animé des formations, notamment des initiations à l’art du conte pour le FOREM (avec des futurs guides touristiques) et pour la ligue de l’enseignement (Paris) ou encore des stages de voix pour entre autres la Maison du Conte de Namur.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :