Les fabulations éphémères

LES FABULATIONS EPHEMERES 2019

Du 3 au 17 octobre 2019.

Au programme : ateliers artistiques, spectacles, rencontres inédites.

3 & 4 octobre 2019, au Lycée Martin V à Louvain-la-Neuve

(3, rue du Collège, 1348 LLN)

Spectacle « Les arbres vivants » & animations 

319A9468« Ce spectacle interroge le regard que nous portons sur la Nature et l’environnement. Il nous entraîne dans la vertigineuse question: quelle est la place de l’Homme dans l’univers? »

Ce spectacle commence par retracer l’histoire de l’humanité en quelques traits: la création du monde, la naissance de l’Homme et puis l’Homme invente la technique, il se fait conquérant. L’univers doit lui obéir. Il est devenu le « Maître du monde ».
Une incursion dans le monde de la paysannerie nous fait redécouvrir de manière intime et sensible un tout autre lien avec l’univers. Les paysans d’autrefois vivaient en symbiose avec la nature. Ils entendaient la voix des arbres et des pierres. Leur vie, leurs productions étaient fondées sur une profonde connaissance des phénomènes naturels et animées par un très grand respect du vivant et de son équilibre.
Aujourd’hui, où en sommes-nous? L’Homme a imposé sa loi à l’univers; il a asservi tous les autres vivants en les considérant comme « des objets inanimés » au même titre que les esclaves d’antan que l’on traitait de « sauvage » de « sans âme » pour les exploiter. Et si, les « objets » qu’ils soient arbres, forêts ou animaux prenaient la parole, faisaient apparaître leur intelligence, leur puissance, leurs mystères insondables accéderaient-ils, le temps d’un spectacle, au statut d’êtres vivants?
L’Homme prit dans l’engrenage de sa folie des grandeurs et de sa soif de possession les entendrait-il?
Ce spectacle, par des récits et des témoignages d’une grande simplicité, interroge le regard que nous portons sur la Nature. Il nous entraîne dans une vertigineuse question: quelle est la place de l’Homme dans l’univers?

Il débouche presque naturellement sur la problématique du droit du vivant. A l’instar des droits culturels, il s’agirait de faire de la nature un sujet de droit, en lui conférant, via des mandataires, la possibilité de plaider en justice pour obtenir le droit d’exister dignement.

8 octobre 2019, au Musée L. à Louvain-la-Neuve – 19h30

(3, Place des sciences, 1348 LLN)

Rencontre littéraire avec Michel Le Bris, en partenariat avec UCL Culture 

PHOTO MLB MJ2R7694Né en Bretagne en 1944, dans un milieu d’une grande pauvreté, il développera très tôt une passion dévorante pour la littérature, qu’il évoque dans Pour l’amour des livres  (Grasset 2019). Après, menées de front, des études d’économie (HEC) et de philosophie marquées par la rencontre avec Emmanuel Lévinas, il participe, autour de Jean-Jacques Brochier, à la naissance du Magazine Littéraire, tout en prenant la direction du magazine Jazz-Hot.

Figure de mai 1968, directeur de La Cause du peuple, il participe à la création du quotidien Libération et crée avec Jean-Paul Sartre la collection « La France Sauvage » (Gallimard). Pour défendre l’idée d’une littérature “ouverte sur le monde, soucieuse de le dire”, il multiplie les essais (L’homme a semelles de vent, 1977, Le Paradis perdu, 1981, Le journal du romantisme, 1981), multiplie les collections pour faire découvrir cette sensibilité littéraire étrangère aux modes de l’époque, et notamment Nicolas Bouvier, entreprend un énorme travail de redécouverte de Stevenson, crée en 1990 la revue Gulliver pour rassembler dit-il « les petits enfants de Stevenson et de Conrad » et dans le même élan le festival Étonnants Voyageurs à Saint Malo .

Il lancera en 1993 le concept de « Littérature-monde», avant d’être à l’initiative, avec Jean Rouaud, en 2008, d’un Manifeste pour une littérature-monde en français, signé par 44 écrivains de renom, dont Edouard Glissant et JMG Le Clezio – lequel dira ce festival « le plus beau du monde ». Sa vision radicalement nouvelle de la francophonie fit alors scandale – elle s’est depuis imposée.».

Dans ses publications récentes, on peut noter son roman La beauté du Monde (finaliste du prix Goncourt en 2008), une autobiographie Nous ne sommes pas d’ici, et un Dictionnaire amoureux des explorateurs, un inédit de Stevenson qu’il a découvert et dont il imagine la fin manquante, La malle en cuir ou La société idéale (2011). En 2017, il publie un « roman monstre » : Kong, salué par la critique (« probablement le plus grand roman français de ces dix dernières années » (Nicolas Ungemuth, Figaro-Magazine).
L’Académie française vient de lui décerner le Grand Prix de littérature- René Gal 2019 pour son dernier ouvrage (« Pour l’amour des livres » et « pour l’ensemble de son œuvre »

 

Inscription à la rencontre: UCL Culture.

Plus d’infos sur le festival Étonnants Voyageurs: ici.

 

16 & 17 octobre 2019, aux Ateliers d’Art de la Baraque à Louvain-la-Neuve, 9h à 16h

(1, rue des Artisans, 1348 LLN)

Ateliers 

Plusieurs ateliers artistiques seront proposés lors de cette édition des Fabulations Ephémères, en voici la liste:

  • Atelier vidéo-animation, avec Olivia Molnar
  • Atelier mouvement et corps, avec Gaëlle Verdonck
  • Atelier lutherie sauvage et création de paysages sonores, avec Lisa Charron

Avec le soutien du Service de formation des cadres de la FWB, du CEC Ateliers d’art de la Baraque, de l’Institut Cardijn et d’Incontri asbl.
Réservations: collectifabula@gmail.com ou 0460 95 94 83

16 octobre 2019, aux Ateliers d’Art de la Baraque à Louvain-la-Neuve

(1, rue des Artisans, 1348 LLN)

Spectacle: « Le jardin des roses »

Kadi - Jardin des RosesJoyau de la littérature persane, ce texte est éminemment moderne et est un recueil de poésie et de philosophie. 

« Je voulais cueillir les roses du jardin, mais le parfum des fleurs m’a enivré »

C’est ainsi que Saadi commence son long poème. Nous sommes à Bagdad au XIIIe siècle. ‘Le Jardin des Roses’, en persan ‘Le Gulistan’ est un recueil de contes dans la veine des écrits de Confucius, de Lao Tseu ou plus près de nous Montaigne. Il possède la caractéristique des grandes œuvres, celle d’offrir des lectures à plusieurs niveaux. Il peut être lu uniquement pour se distraire en même qu’il est la base et le le ciment de l’enseignement de générations entières.
Comme tous les grands textes, ‘Le Jardin des Roses’ semble avoir été écrit hier, spécialement pour nous, pour répondre à nos interrogations d’aujourd’hui, à nos inquiétudes aussi.

Mais mieux que des réponses, le grand poète nous fera entrevoir la possibilité d’un monde meilleur.
Voilà, que chacun de nous se découvre un jardin intérieur dans lequel avec un peu de bonne volonté, il pourra lui aussi faire pousser des roses.
Abdelmalek Kadi nous livre ici, au départ de ce grand texte, un spectacle d’une grande sensualité où l’humour et la gravité se mêlent pour faire jaillir la poésie.

PRIX: 5€ étudiants / 10€ adultes

Inscription: ici.

17 octobre 2019, aux Ateliers d’Art de la Baraque à Louvain-la-Neuve 

(1, rue des Artisans, 1348 LLN)

17h – présentation des ateliers

18h – Concert et Drink de clôture avec Tempête Bleue

« Tempête bleue c’est une traversée dans les paysages de l’âme au cœur de l’introspection. le trio bruxellois vous partage une intimité chaleureuse, guitare électrique, voix, percussion, ukulélé, vibrent à l’unisson dans une tornade d’émotions. De la chanson française rock aux envolées planantes. »

Découvrez plus de choses sur Tempête Bleue ici.

 

 

 

DCL_logo_02  MDCEL-180526-HistoireEtresVivantsAffiche-RVB150-GD   ccbw  LogoIncontri_CMJN  LOGO_HELHa_Court_Grand  projet-portail-230OK_03  p1cldlqau717h31l8t17sq3fsa7l7

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :